Fractures de l’extrémité supérieure de l’humérus

Diagnostic et traitement

Mis à jour le 2012-11-21 09:21:03

Les fractures de l’extrémité supérieure de l’humérus sont fréquentes chez le sujet âgé et ostéoporotique. Chez le sujet jeune, elles sont souvent dues à un traumatisme important ( accident de la voie publique, sport)

Les fractures se classent essentiellement en deux types :
- les fractures non déplacées dont le traitement sera orthopédique ( non chirurgical),
- les fractures déplacées qui seront plus souvent chirurgicales

Il existe bien sur des classifications beaucoup plus précises comme celle de Duparc ou de l’AO qui affinent le diagnostic et permettent d’orienter le traitement.

Traitement

Traitement orthopédique :

- fractures non déplacées : une immobilisation coude au corps à l’aide d’une écharpe contre écharpe,

- fractures déplacées de l’enfant : on préferera la solution non chirurgicale. Si elle est réalisable, , elle nécessite une anesthésie générale : on réduit le déplacement puis on réalise une immobilisation comme précédemment décrite.

Traitement chirurgical :

Il existe de nombreuses techniques qui permettent de réduire et de stabiliser une fracture déplacée. Dans certains cas, essentiellement chez le sujet agé présentant une fracture complexe, on choisira la mise en place d’une prothèse d’épaule partielle ou totale.

Il est nécessaire de proposer au patient un moyen stable permettant une mobilisation la plus rapide afin d’éviter l’enraidissement qui est la principale complication.

Plaques anatomiques verrouillées ou clous centro-médullaires vérrouillés permettent une mobilisation rapide.

Leur choix est lié à l’habitude du chirurgien ou au type de lésions.

Pour certaines fractures, on peut proposer des ostéosynthèses sous contrôle arthroscopique ce qui permet de limiter la voie d’abord et de faciliter la rééducation.

informations complementaires

Suites opératoires et complications

La kinésithérapie est essentielle dans la réhabilitation post thérapeutique quelque soit le type de traitement employé. Il peut durer de nombreuses semaines, de nombreux mois. Un retour à l’état antérieur au traumatisme est parfois difficile à obtenir

Un arrêt de travail de plusieurs mois est souvent nécessaire pour les travailleurs manuels.

En dehors des complications non spécifiques de la chirurgie :

La principale des complications est l’enraidissement de l’épaule.

Les insuffisances de réduction entrainent des cals vicieux plus ou moins bien tolérés

L’infection est rare

autres pathologies

Fractures de l’extrémité supérieure de l’humérus Les fractures de l’extrémité supérieure de l’humérus sont fréquentes…
Fractures de l’extrémité inférieure radius Les fractures de l’extrémité inférieure du radius associées ou non à…

examens

diagnostic

La douleur et l’impotence fonctionnelle ( la non possibilité de se servir du bras) sont les principaux signes cliniques.

Le diagnostic est confirmé le plus souvent par un examen radiographique standard, un scanner peut afiner le diagnostic.

Il permet de préciser les lésions et de rechercher des lésions associés notamment au niveau de la glène de l’omoplate.