Lésions du Long Biceps

Une situation anatomique particulière

Mis à jour le 2012-01-09 15:40:59

Le long biceps est l’un des deux tendons de la partie supérieure du biceps. Sa situation anatomique particulière est à l’origine de lésions fréquentes associées ou non avec d’autres pathologies de l’épaule.

Un peu d’anatomie

Il prend son origine au sommet de la glène de l’omoplate, où il est en rapport étroit avec le bourrelet glénoïdien. Il présente donc une portion à l’intérieur de l’articulation gléno-humérale puis il se dirige vers la face antérieure de l’humérus où il chemine dans une gouttière. Il est en rapport étroit avec les tendons de la coiffe des rotateurs et des ligaments de l’épaule.

Les différentes lésions

-  Tendinite du long biceps, souvent associée à un conflit sous acromial ou à une rupture de la coiffe des rotateurs mais qui peu exister isolée.
-  Les instabilités au niveau de la gouttière, plus ou moins importantes. Elles peuvent aller jusqu’à la luxation par rapport au trajet dans la gouttière et sont alors associées à une lésion du sous scapulaire .
-  Les lésions de l’insertion sur la glène, appelées SLAP lésions, sont souvent de diagnostic difficile.
-  Les ruptures du tendon que l’on retrouve chez les sportifs sur un tendon « sain », ou dans le cadre des tendinites évoluées

Le traitement

Médical

Il est le plus souvent associé aux autres lésions de la coiffe. Dans les tendinites antalgiques, anti-inflammatoires, injection de corticoïde sous échographie sont utiles La kinésithérapie complète le traitement Dans le cadre des instabilités et des SLAP il est souvent peu efficace Les ruptures isolées de la LPB sont toujours de traitement non agressif. Antalgiques et quelques séances de rééducation suffisent.

Chirurgical

Dans le cadre des tendinites et des instabilités , on peut choisir entre la section du tendon ( ténotomie) ou sa réinsertion dans la gouttière (ténotomie et ténodèse). Cette intervention est faite sous arthroscopie, par de très petites incisions, les autres lésions de l’épaule peuvent être traitées en même temps.

Dans le cas des SLAP, en fonction du type de lésion, on réalisera une ténotomie ou ténodèse associée à une réparation du bourrelet si nécessaire.

informations complementaires

Suites opératoires et complications

Dans le cas des ténotomies, des douleurs musculaires peuvent exister pendant plusieurs semaines puis disparaissent spontanément

En dehors des complications non spécifiques de la chirurgie

Douleurs persistantes de la gouttière peuvent être de traitement difficile

Raideur de l’épaule, souvent liée au gestes associés ( acromioplastie, réparation tendineuse) rallonge considérablement le temps de récupération

autres pathologies

Tendinopathies calcifiantes Il s’agit d’une maladie des tendons de la coiffe des rotateurs. Ces…
Lésions du Long Biceps Le long biceps est l’un des deux tendons de la partie supérieure…
Disjonction acromio-claviculaire Les lésions traumatiques de l’articulation acromio-claviculaires…
Rupture des tendons de la coiffe La rupture des tendons de la coiffe des rotateurs est une cause…
Arthrose de l’épaule L’arthrose de l’épaule correspond à l’usure des cartilages de la tête…
Instabilité de l’épaule L’instabilité de l’épaule est une affection fréquente. Elle touche…

examens

diagnostic

C’est le plus souvent la douleur qui amène le patient à consulter. Elles sont peu spécifiques des autres douleurs que l’on retrouve dans les pathologies de la coiffe des rotateurs.

A l’examen clinique, on retrouve une douleur à la palpation de la gouttière, on pratique aussides test spécifiques qui permettent d’orienter le diagnostic, soit vers une tendinite, soit vers un problème d’instabilité. L’examen doit bien sur rechercher des lésions associées, conflit sous acromial, perforation de la coiffe des rotateurs, instabilité de l’épaule.

Dans le cas des ruptures du tendon du long biceps, le diagnostic est assez aisé, le patient ressent une douleur de la face antérieure, une sensation de déchirure est parfois retrouvée et surout il y a une modification importante du relief du bras, le corps du muscle « glissant » vers le bas ou il prend l’aspect d’une boulle, réalisant le classique « muscle de Popeye »

Les examens complémentaires
- Les radiographies standards qui recherches des signes indirects des lésions tendineuses
- Arthroscanner permet d’opacifier la gaine du biceps, il donne des informations sur la situation anatomique du tendon et l’existence d’une inflammation
- L’echographie, qui comme l’IRM est une technique non agressive est un examen de choix dans l’exploration de la LPB, Elle permet de préciser le diagnostic dans de nombreux cas
- IRM, examen peut compléter le diagnostic, soit afin de préciser le type de lésion, soit à la recherche de pathologies associées